05:02 pm - Saturday 19 April 2014

Le phénomène des églises dites ” de réveil “, un fardeau ou une solution pour les croyants ?

By Patrick Muneza - Wed Jul 25, 12:54 pm

Felix Djonga

Bref aperçu historique

Vers le vingtième siècle, Augustin Martin Luther introduit la reforme. Celui-ci vit dans l’anxiété de son époque. Il s’oppose contre l’église catholique romaine qui perdait “sa sacralité ” par les comportements inacceptables des personnes qui constituaient son clergé. Les fidèles de l’Eglise catholique voyaient trop de fils de prêtres devenir prêtres, trop de clercs s’enrichir aux dépens des laïques, trop d’évêques vivant comme des grands seigneurs. L’Eglise Catholique favorisait peu la lecture personnelle des textes saints, contrairement aux juifs et aux musulmans a la même époque.

La reforme luthérienne est introduite par le moine Augustin Martin Luther.  Depuis son entrée au couvent, Luther cherche par tous les moyens à acquérir la certitude de son salut. Mais ni la dévotion, ni les jeunes, ni les exercices spirituels, ni la théologie n’apportent à
Luther l’apaisement et la certitude de son salut. En 1512, il trouve enfin la réponse a questions, il écrit a ce moment-la ” le juste suivra la loi. Dieu donne, sa justice infinie est un don “.  Luther est connu pour avoir accentué et développé le sens de l’idée que ” le juste vivra par la foi “. Il préconise la réduction des sacrements au nombre de trois : le baptême, la communion et la confession. En effet, les actes des apôtres précisent que les premiers chrétiens confessaient leurs péchés les uns aux autres. La doctrine comprend aussi le rejet de la doctrine de la
transsubstantiation, et l’affirmation de la liberté du chrétien et de l’égalité de tous les croyants devant Dieu même s’ils ne sont pas tous capables d’enseigner la parole de Dieu.

Dans leur lutte contre les superstitions de Rome et les dérives de la spiritualité anabaptiste, le Luthéranisme et le calvinisme (de Calvin)
contribueront au désenchantement du monde. En effet dans ces deux traditions théologiques et particulièrement dans le calvinisme, cela n’est pas le diable, les êtres célestes ou les miraculeux qui sont omniprésents, mais Dieu. Pour les chrétiens, Dieu
est souverain et il a révélé sa volonté dans l’écriture : (les 66 livres qui composent la Bible).

Un Dieu Tout-puissant contribue à rassurer le croyant face au surnaturel, aux peurs moyenâgeuses en tout genre : enchantements, possessions, sortilèges…Dieu, ses attributs, sa volonte et ses commandements sont connus par l’Ecriture, par l’emploi de moyens ordinaires (la lecture, la réflexion), d’où l’usage de la raison. Dieu ne se révèle pas par des songes, des visions, des transes, des convulsions, ou par des êtres bénéficiant de révélations ou
pouvoirs surnaturels (prêtres, saints, astrologues), mais par le texte biblique. La mesure d’un homme dans la spiritualité protestante réside dans sa compréhension, sa capacité à expliquer et son obéissance à l’Ecriture. Le capitalisme sera plutôt le signe d’un affaiblissement de cette piété, d’où l’apparition de mouvements de réveil avec des leaders comme John Wesley ou Charles Finney qui insisteront beaucoup sur la sanctification, le renoncement  a  soi et la charité, rapporte une source indépendante sur internet.

2. Genèse des églises de réveil

Les églises sont nées du mélange ou plutôt de la fusion du protestantisme et |ou du pentecôtisme, selon les uns ; du sommeil ou plutôt du vide spirituel qui s’est créé au cours de ces deux millénaires qui viennent de s’écouler après l’anéantissement de l’Eglise primitive des premières ères chrétiennes, selon les autres. Il s’est créé alors ce courant d’idée parmi certains chrétiens qui voulaient  restaurer les anciennes habitudes des pionniers du christianisme tel qu’on le lit dans la Bible. Ils ont alors appelé ce mouvement ” le réveil chrétien” . Nous parlerons ici des phénomènes qu’on remarque parmi tant de ces Eglises de reveil en Afrique tropicale, milieu de vie de l’auteur de ce récit. En effet, lesdites Eglises font  de nos jours, l’objet de nombreuses critiques.

3. Structure de ces églises

Du point de vue organisationnel,  les églises de réveil sont généralement administrées par une sorte de guide spirituel couramment appelé ” pasteur ” a l’image du berger a la tête d’un troupeau de brebis. Certaines  vont même jusqu’à se doter de chefs  hauts gradés tels les révérends pasteurs, les ” bishop” , les  “archibishop”,… lesquels contrôlent le “pasteur”  classique car supérieurs a lui et lui indiquent la voie à suivre
pour bien orienter  les brebis. Les brebis ici constituent l’ensemble de fideles ou croyants fréquentant l’église. On pourrait aussi ajouter les anciens de l’église qui sont ici le plus souvent des personnes âgées ou parfois des jeunes gens suffisamment versés, “sages”, “avisés”, et maitrisant les rouages classiques desdites églises de réveil ; les chefs de différents comités crées selon les besoins ( finance, social,
intercession,…), les chantres ( ailleurs appelés choristes ) qui animent  dans les églises, les diacres et/ou les diaconesses, les chefs de différents groupe d’âge,… etc.

4. De la naissance des ces églises

La plupart  de ces églises naissent après qu’un pasteur soit consacré dans une église de réveil quelconque. Au cours de la cérémonie dite ” de consécration “, l’élu est oint par son supérieur hiérarchique c’est-à-dire que celui-ci répand de l’huile sur sa tête en prononçant des paroles de bénédiction et d’appel à l’exercice du sacerdoce qui est ici la fonction sacrée. Après cette cérémonie, l’heureux élu peut entretenir une église.

D’autres deviennent pasteur suite a une “vision nocturne ” qu’ils auraient eu au cours de laquelle “Dieu ” leur aurait dit de fonder une  église et de s’occuper de ses enfants. D’autres aussi, s’improvisent pasteur par le simple fait qu’ils ont mémorisés un certain nombre de versets bibliques dont ils pourront se servir pour la prédication devant les fidèles, le moment venu.

5. Constat malheureux

Un bon nombre de ces églises dites de réveil n’ont vraiment pas de vision ni d’objectif visant au salut des âmes ou a l’épanouissement des pauvres croyants souvent aveuglés par la naïveté,  et ayant fait confiance a ces ‘’ illuminés ‘’. Les chrétiens voient en eux des serviteurs de Dieu et leur vouent une confiance aveugle.

Certaines, certes, essaient tant bien que mal de se surpasser, de marcher la tête haute a l’image  de l’église primitive fondée par le Christ lui-même.

La majeure partie desdites églises de réveil sont devenues prédatrices au lieu d’être salvatrices. Il suffit de faire un tour dans certaines d’entre
elles pour s’en rendre compte. Vu les vicissitudes de la vie en ces 20eme et 21eme siècles, les églises de réveil,  pour la plupart, se sont vues transformées en vaste champ ou le business est florissant. C’est alors qu’on voit les pasteurs se transformer  en ” loups devant leurs ” brebis “par leur voracité, par leur cupidité. Certains, méprisant les principes même de la même Bible qu’ils brandissent ou trainent partout où ils vont, deviennent des immoraux, des personnes sans scrupules par leurs comportements contredisant les préceptes divins. Quand on interroge certains d’entre eux pour savoir le pourquoi de ces comportements, ils les justifient par les écrits bibliques tels : ‘’ dans les derniers temps surgiront des faux prophètes qui dérouteront les enfants de Dieu, les exploiterons,…’’ ou ‘sortez du milieu d’eux, mon peuple ! , Parlant de l’appel de l’auteur du livre de l’Apocalypse dans la Bible exhortant les chrétiens à fuir Babylone la grande qui est l’image de l’église corrompue. Fuir Babylone la grande pour aller où ? Changer de confession religieuse ? Peut-on l’interpréter comme une tentative de défense ou tout simplement de la lâcheté, du désarroi devant un phénomène auquel on ne peut rien ?

Que dire des rivalités qui sont fréquentes dans beaucoup d’entre elles ? Des serviteurs de ‘’Dieu ‘’ se disputent des postes au sein des églises. Des suites de ces rivalités fondées sur le partage inéquitable de l’argent perçu par des aumônes offertes par les fideles ou les dixièmes de leurs revenus. Certains d’entre eux, pour justifier leur rapacité, s’appuient sur le fameux adage “on ne doit pas museler le bœuf qui foule les grains”, l’équivalent de ‘’le travailleur vit de ces prestations’’.
C’est certes vrai mais la connotation que prend cette pensée est mauvaise d’autant plus qu’ils se contentent d’extorquer malicieusement les croyants. Ils rusent toujours sur des versets bibliques lus devant les fideles afin de les inciter à donner plus. Certains disent aux croyants : “celui qui donne avec libéralité, sans arrière-pensée, sera récompensé au Centuple (par Dieu)”.

D’autres, se tenant devant la chaire, observent les parures de valeur des dames assises à les écouter prêcher. Ils en profitent pour improviser une prophétie du genre ‘’sœurs, les Seigneurs m’a dit de vous dire de me donner vos bijoux pour son œuvre dans l’église’’ ou se focalisent sur bien d’autres matériels tels les vêtements de valeur, les voitures voire les titres de propriété immobilière des croyants. Cette fourberie réussie très souvent car l’on voit des foules de gens, surtout dans des grandes églises, affluer devant les pasteurs pour offrir ce qu’on leur demande, dans l’espoir d’être béni ‘’au centuple’’ ou d’obtenir telle ou telle autre faveur de la part de Dieu. Combien ont été réellement
béni ?

Dieu est-il tellement pauvre pour avoir besoin de dons des croyants ?

Devons-nous absolument faire des dons aux pasteurs (car Dieu, on ne le voitn pas) pour être béni, pour obtenir guérison de maladie ou la faveur
divine ? A ce sujet, ils s’appuient sur le dicton’’ le secret du recevoir consiste à donner’’ Donner a qui ? Donner quoi ?

Il est regrettable de constater que les croyants sont devenus leurs “vaches a lait” qu’ils doivent traire quand ils veulent et comme ils veulent.
Certains, pour se faire valoir, sont passes maitres dans l’art de prophétiser. Ils savent tout ou presque sur ce qui tient a cœur chaque groupe de croyants selon qu’ils sont jeunes, adultes ou vieux. Ils promettent donc le mariage aux jeunes filles, le voyage aux jeunes garçons, la promotion aux travailleurs, la fertilité aux couples sans enfant et bien d’autres rêves qui deviendraient réalité. L’un d’eux dira a une femme enceinte : “le Saint-Esprit me dit que si tu n’accouches pas d’un garçon, c’est sera une fille”. Evidemment, une femme n’accouche que de l’un de deux sexes à moins que ce ne soit des jumeaux. Seul un borné croira à une telle stupidité. Un autre, prophétise devant un jeune homme zélé dans les affaires de l’église en lui disant que son voyage vers l’étranger auquel il se préparait n’aboutira pas au moment prévu car il doit encore rester sur place, travailler pour l’essor de l’église. Il lui prédit qu’il se mariera d’abord, ensuite des enfants et au moment arrêté par ‘’Dieu’’, il prendra l’avion et s’en ira a l’étranger accompagné de sa famille. Le mois qui a suivi cette prophétie, le jeune homme est mort d’un accident. Où est la véracité de la prophétie ? Dieu se contredit-il ? Que penser alors de cette multitude de prophéties qu’on écoute dans beaucoup de ces églises dites de réveil ?

Un nombre impressionnant de ces pasteurs sont devenus un réel fardeau pour l’Eglise. En effet, nombreux d’entre eux, même ayant appris un métier à exercer ne le font pas car ils ont en tête cette fameuse citation : ” un serviteur de Dieu ne travaillera pas  pour Dieu et pour Mammon (l’argent) sinon il aimera l’un et bronchera dans l’autre”, rappelant un passage d’un des quatre évangiles de la Bible. C’est ainsi qu’on verra les fideles d’une église, si petite soit-elle, s’occuper du manger, du boire, de vetements, del’hospitalisation, de la scolarité des enfants des pasteurs et de bien d’autres besoins des pasteurs, peu importe leur nombre et le nombre de membres de leurs familles respectives ! Certains en profitent pour maudire les croyants devant la chaire quand des défaillances sont observées au moment de régulariser les promesses faites (dimes régulières, assistance matérielle et financière aux pasteurs).

L’Eglise chrétienne est malade. Le Christ a demandé a ses disciples (aux chrétiens, sous-entendu) : ‘’quand je reviendrai sur terre, trouverai-je la foi’’ ?

Je pose a mon tour la question :
‘’Et si c’était maintenant qu’il revenait, serons-nous prêts a répondre a sa
question ?’’

6. Conséquences

Les chrétiens désertent au jour le jour leurs églises pour se refugier dans d’autres, dans l’espoir d’y rencontrer la ” perfection”  dans les offices divins mais cela n’est malheureusement pas le cas car toutes souffrent quasiment des même problèmes ou d’autres d’une autre nature. Aucune église, de nos jours, ne saurait se prétendre être exempte des souillures du monde ! Qu’on le veuille ou non, toutes sont visitées par le…diable. Pourtant, en ces durs moments où le monde est secoué par des tribulations parfois indescriptibles (conflits, épidémies, famines, injustices, antivaleurs de tout genre), l’Eglise en tant qu’entité sociale respectée par beaucoup, devrait être comme l’a voulu le patron du christianisme(Jésus-Christ), la lumière du monde, le sel du monde, l’endroit où les âmes apeurées, aigries, frustrées par les réalités du monde vont trouver le réconfort dans l’attente de l’avènement du Christ sur terre comme promis aux croyants dans les saintes écritures.

Félix
Djonga, Kigali.

 

 

 

 

 

 

 

 

Have Your Say

Comments are closed on this post.